laboratoire de sociolinguistique
 


Évaluer les effets linguistiques du contact dans l’anglais du Québec

Chercheur principal : Shana Poplack
Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
Subvention de recherche no 858-2006-0016 [2007–2008]

Parmi les nombreuses craintes que suscite la dualité linguistique, il y a celle de l’appauvrissement de la langue. Est-il possible de maintenir une langue maternelle malgré le nombre décroissant d’occasions de la parler et les pressions intenses exercées par la langue majoritaire omniprésente? Dans l’affirmative, la « qualité » de la langue minoritaire peut-elle être maintenue? Dans le contexte canadien, ces questions se posent habituellement pour le français, langue minoritaire dans la plupart du pays. Or, au cours des trente dernières années, le succès retentissant des lois linguistiques au Québec et « l’exode anglophone » qui s’est ensuivi ont foncièrement modifié la position de l’anglais dans cette province. Sous sa forme de langue minoritaire, l’anglais du Québec fait maintenant l’objet de discussion qui le caractérise comme étant menacé et distinctif. Toutefois, jusqu’à ce jour, il y a eu peu de données scientifiques pour étayer ces affirmations.

La recherche que nous proposons a pour objectif général de documenter les mécanismes par lesquels le changement attribuable au contact se produit en situation de côtoiement linguistique intense. Nous voulons déterminer si l’anglais du Québec a en fait changé et, dans l’affirmative, si cela est imputable au contact avec le français. Nous établirons également ce qui a changé, si changement il y a eu. L’une des importantes retombées de cette recherche est l’évaluation des effets des lois linguistiques sur le maintien et la qualité de l’anglais, un aspect que la présente étude est la première à examiner.

Des études précédentes portant sur le Corpus de l’anglais parlé au Québec ont montré que les affirmations de changement sont largement exagérées. Mais une différence peut aussi se faire sentir quand la langue minoritaire ne change pas en tandem par rapport au point de référence. Pour déterminer toute la portée de la participation de l’anglais du Québec à l’évolution linguistique continue des variétés dominantes d’anglais (canadiennes et autres) et, en parallèle, pour évaluer jusqu’à quel point l’isolement linguistique entrave la diffusion du changement, nous examinerons des variables linguistiques cibles qui jouent un rôle connu dans le changement en cours afin de déterminer si ces changements ont eu prise au Québec. Cette recherche nous permettra de caractériser pleinement les effets des aménagements linguistiques, du contact entre les langues et du statut minoritaire de l’anglais au Québec.

liste des projets