laboratoire de sociolinguistique
 


Le contact des langues et le changement dans les langues officielles du Canada

Chercheur principal : Shana Poplack
Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
Subvention de recherche no 435-2012-1696 [2012–2017]

Les parlers vernaculaires ont toujours été une cible facile pour les critiques normatives, surtout lorsque les formes non-standard sont nombreuses, saillantes et associées avec la « mauvaise » grammaire. Ceci est particulièrement vrai des langues transplantées et/ou minoritaires, que plusieurs qualifient de changées, soit à cause de l'isolement de l'influence conservatrice de la métropole, du contact à long terme avec la langue majoritaire, ou les deux. Toutefois, notre travail sur de telles situations nous démontre que ces inférences dépendent sur 1) la façon de définir ce qui constitue un changement, 2) la capacité de pouvoir identifier le changement, surtout lorsqu'il est « en cours », et 3) le point de référence auquel on compare le changement prétendu. Plusieurs changements supposés impliquent simplement la variabilité linguistique inhérente dans toutes les langues parlées. Quand le point de référence est une norme prescrite, le changement est une inférence naturelle (voire naïve), car les variantes non-standards sont inadmissibles par la grammaire normative. Si une construction superficiellement similaire existe dans une langue avoisinante, la conclusion la plus simple est d'inférer à un changement dû au contact. Cette déduction est d'ailleurs renforcée si les locuteurs incorporent des mots ou des phrases de l'autre langue lorsqu'ils parlent leur propre variété. Comment vérifier si l'alternance entre formes résulte d'un changement? Comment déterminer si cela est dû au contact des langues?

L’objectif primordial de cette recherche est d’aborder ces questions par le biais d’un programme de recherche de grande envergure visant à élucider la nature multiforme du changement linguistique. De nombreuses questions demeurent mal comprises, à savoir comment identifier, dater et documenter les mécanismes et les trajectoires du changement, et plus particulièrement dans le contexte canadien, comment distinguer le changement dû au contact de l’évolution interne d’une langue.

liste des projets