laboratoire de sociolinguistique
 


Normes et variation en français : Rivalité entre l’école, la communauté et l’idéologie

Chercheur principal : Shana Poplack
Co-chercheur: Johanne S. Bourdages
Subvention de recherche no 410-2005-2108 [2005-2008]

Même si le français fait partie des langues les plus codifiées et réglementées,  des formes grammaticales non-standard  abondent dans le vernaculaire oral de la plupart des locuteurs natifs. Ces écarts de langage sont reconnus et censurés par le mouvement prescriptif  qui depuis les siècles a œuvré à établir une tradition grammaticale. Malgré les efforts d’éliminer les formes «déviantes», plusieurs de ces formes sont impliquées dans des changements contemporains très vigoureux. En effet, pour la jeunesse actuelle, les variantes non-standard en français oral représentent pratiquement la norme en usage dans plusieurs composantes de la grammaire.

L’objectif de ce programme est de déterminer le rôle de l’école dans la progression de ces formes dans la langue parlée au Québec. En d’autres mots, il s’agit de déterminer si l’école contribue à encourager le maintien de ces formes ou plutôt à les gêner et à les entraver. Depuis l’avènement de l’approche communicative en enseignement des langues, l’enseignant  est progressivement devenu responsable de la transmission implicite du français standard plutôt que d’un enseignement explicite. Par conséquent, de façon à bien cerner la performance des élèves, il devient primordial de comprendre l’intrant («input») offert par l’enseignant. Notre approche se veut comparative, opposant les normes effectivement utilisées dans la production orale à celles prescrites par la grammaire (traditionnelle).

En termes de production, nous décrivons et comparons la langue spontanée utilisée par l’enseignant à celle des élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle de classe. Nous situons ces variétés de langue en les opposant à la norme en usage dans la communauté.

En termes de prescription, par l’analyse des programmes d’études et des grammaires pédagogiques, nous identifions les variantes standard d’une série de variables sociolinguistiques servant de diagnostique ainsi que leurs contextes d’usage prescrits. Nous nous intéressons en particulier aux phénomènes grammaticaux portant sur le temps, l’aspect et le mode dont le comportement est non seulement proéminent dans la communauté mais est également bien documenté de façon synchronique et diachronique. Enfin, en utilisant un cadre variationniste et les méthodes comparatives développées et employées par la chercheure principale à d’autres contextes de variation et de changements linguistiques, nous comparons l’usage prescrit et l’usage effectif pour chacune des conditions identifiées. Ceci nous permettra d’évaluer où se situent les enseignants et les élèves sur le continuum stylistique. Les attentes du programme d’études québécois quant à l’enseignement du français spécifient que les élèves doivent être capables de manipuler des formes variées et appropriées au contexte (stylistiquement et grammaticalement). Notre étude comparative nous permettra de déterminer dans quelle mesure cet objectif est atteint.

liste des projets